Bernard Lesfargues

 

  • Co que l'aiga jonjoneja
  •  
  • Una aiga que nais miraclosa
  • Tres pibols pel vent augentats
  • Ede blancors de lutz bacosa
  • Que lo solelh s'es entraupat
  • Dins la brodacha nivolosa.
  •  
  • 'quela aiga riva onte ben sap
  • E sabi ben ço que marmusa.
  • Sos mots lusents, quicom los ditz
  • Dempuèi d'annadas dins mon arma.
  •  
  • - Occitans, nostra Occitania,
  • Tots los camins ne son dobèrts
  • A la tempèsta. Los molins
  • Sobre los tèrmes e las vinhas
  • An non-mas las aspas torsudas
  • E n'espèran pus lo Quxot
  • Qu'ara se poiris dins lo ventre
  • De sa maire. Mas ieu me'n vau
  • Ont sabi ben, dins 'quela baissa
  • Que tot desaire se i acaba. -
  •  
  • Pel cèl s'espelis une rôsa
  • Coma un jorn de jar segason
  • E son rebat duèrm sus la lausa
  • Au mai prigond de l'aigador.
  • (Cap de l'aiga)
  •  
  •  
  • Ce que fredonne l'eau
  •  
  • Une eau qui naît comme un miracle, trois peupliers argentés par le vent, et des blancheurs de lumère baveuse, car le soleil s'est entravé dans la mauvaise herbe des nuages.
  •  
  • Cette eau coule vers où elle sait, et je sais bience qu'elle murmure. Ses mots luisants, quelque chose les dit dans mon âme depuis des années.
  •  
  • - Occitans, notre Occitanie a tous ses chemins ouverts à la tempête ; les moulins sur les coteaux et sur les vignes n'ont que des ailes tordues, et ils n'attendent plus le Quichotte qui se pourrit maintenant dans le ventre de sa mère. Mais je m'en vais, moi, où je sais, dans cette plaine où tout regret s'achève.
  •  
  • Dans le ciel s'ouvre une rose comme un jour de moisson et son reflet dort sur une pierre au plus profond de la source.
  • (Mère des eaux)
  •  
  • Extait du livre de : Andrée Paule Lafont "Anthologie de la poésie occitane)

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.