Alessandro Manzoni

Alessandro Manzoni

  • Alessandro Manzoni est un écrivain italien né le 7 mars 1785 à Milan où il meurt le 23 mai 1873.

  • Biographie
    Officiellement fils du comte Pietro Manzoni et de Giulia Beccaria, elle-même fille de l'auteur du Traité des délits et des peines, Cesare Beccaria, Alessandro Manzoni est sans doute le fils naturel de Giovanni Verri, frère des écrivains véristes Pietro et Alessandro Verri.

  • Après le divorce de ses parents en 1792, Alessandro est confié à son père qui le délaisse, il fait ses études dans des institutions religieuses à Lugano, Merate et Milan.

  • En 1801, il écrit un poème Le triomphe de la liberté, où il développe des idées jacobines.

  • À la mort de son père en 1805 il vient vivre à Paris auprès de sa mère. Celle-ci perd son amant, Alessandro lui dédie son poème Pour la mort de Carlo Imbonati. Alessandro fréquente les salons littéraires parisiens en compagnie de sa mère.

  • Il épouse Henriette Blondel, issue d'une famille genevoise et protestante, en 1808. En 1810, s'étant réfugié dans l'église Saint-Roch lors d'un mouvement de foule occasionné par l'explosion d'une fusée au passage de Napoléon Ier, et pensant avoir perdu sa femme, il la retrouve dans l'édifice. Pensant qu'il s'agit d'un signe divin, il embrasse la foi catholique. Cette même année, il rentre en Italie.

  • Il écrit ses Hymnes entre 1812 et 1815.Entre 1820 et 1821, Manzoni écrit son meilleur drame, l'Adelchi qu'il publie en 1822, inspiré par le renversement par Charlemagne de la domination lombarde en Italie, contenant des allusions voilées à l'occupation autrichienne de l'époque. Il se retire en 1821 dans sa demeure de Brusuglio où il écrit sous l'influence de Walter Scott son roman Les fiancés, d'abord sous le titre de Fermo et Lucia, qui sera remanié entre 1827 et 1842. il compose Mars 1821, ode en faveur de l'unité italienne, et Le cinq mai 1821, ou la mort de l'empereur Napoléon à Sainte-Hélène, méditation religieuse et historique. Il séjourne en Toscane en 1827.

  • La fin de cette longue vie d'écriture est attristée par des deuils successifs. La mort de sa première épouse, Henriette, en 1833 fut suivie de celle de plusieurs de ses enfants, et de sa mère. En 1837, il épouse en secondes noces Teresa Born, veuve du comte Stampa, à laquelle il allait également survivre. Le décès de son fils aîné, Pier Luigi, le 28 avril 1873 est le drame final qui précipite sa fin. Il tombe malade et meurt d'une méningite cérébrale le 23 mai 1873.

  • L'Italie lui rend hommage, sa dépouille est accompagnée au cimetière de Milan, suivie par les princes royaux, les officiers d'État et un immense cortège d'anonymes. Giuseppe Verdi composa son Requiem à sa mémoire en 1874.

  • Bibliographie
    Le cinq mai 1821 ou la mort de l'empereur Napoléon à Sainte-Hélène (1821)
    Adelchi (1822)
    Les fiancés (1825-27)
    Histoire de la colonne infâme (1840)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×