Jalāl al-Dīn Rūmī

  • Jalāl al-Dīn Rūmī

  • (Balkh, 30 septembre 1207 - Konya, 17 décembre 1273)

  • Rûmi.

  • Jalāl al-Dīn Rūmī ou Djalal ed-Din Rûmi ou Djalal-e-Din Mohammad Molavi Rumi ou Djalaleddine Roumi (en persan : مولانا جلال الدين محمد بلخى , en arabe : جلال الدين محمد رومي)  est un mystique persan qui a profondément influencé le soufisme. La plupart de ses écrits lui ont été inspirés par son meilleur ami, Chamseddine Tabrizi, qui était originaire de Tabriz, d'où Tabrizi.

  • Rûmi fuit avec sa famille devant le cataclysme mongol de 1220-1222 en Asie Centrale et s'installe à Konya, capitale des Seldjoukides de Roum (anciens territoires "romains", c'est-à-dire byzantins, en Anatolie), d'ou son surnom de Roumi (romain, byzantin, Anatolien).

  • Il existe une demi-douzaine de transcriptions du prénom Djalal-el-dine, « majesté du culte » (de djalal, majesté, et dine, religion, mémoire, culte). Chemseddine peut etre traduit par « soleil du culte ».

  • Rûmi a également repris à son compte les fables d'Esope, que La Fontaine retraduira à son tour en français. Les Iraniens d'aujourd'hui continuent d'aimer ses poèmes. Reconnu de son vivant comme un saint, Djalaleddine Roumi avait des prises de position assez révolutionnaires par rapport aux pouvoirs politiques et au dogme musulman.

  • On l'appelait aussi Mevlâna (ou Mevlana), « notre maître » en arabo-turc. Son nom est intimement lié à l'ordre des “derviches tourneurs” ou mevlevis, principale confrérie mystique de l'Islam, qu'il fonda dans la ville de Konya en Turquie.

  • Œuvres traduites en français

  • Odes mystiques, extraites du Dîvan-e Shams-e Tabrîz, dédiées à son maître Shams.

  • Le livre du dedans (Fîhi-mâ-fihî), recueil de propos du mystique par son fils aîné, Sûltan Walad.

  • Mathnawî, poème moral, allégorique et mystique de plus de quarante mille vers.(trad.de Eva de Vitray-Meyerovitch), ed. Du rocher.

  • Rubâi'yât, recueil de quatrains sur l'expérience mystique.

  • Mesnevi, recueil de contes soufis.

  • Citations

  • "La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s'est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s'y trouve"

  • Références

  •  Cité par Jamel Balhi, Les routes de la foi, Le Cherche-Midi Éditeur, 1999, p. 292

  • Bibliographie

  • Nahal Tajadod, Roumi le brûlé (roman), Lattès, 2004,

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.