Dans la mollesse /F. Jammes

 

  • Dans la mollesse de juin et l'odeur des tilleuls la procession nocturne passe le pont.
  • Je suis sans doute à côté de ma mère, devant cet arbre sec, noir, ingrat, semblable à une cheminée de locomotive. Mais, tout à coup, le feu éclatant le revêt d'un feuillage rouge qui crépite et fait fuser des bourgeons d'or. Les prêtres récitent des prières.
  • Oh! comme la flamme s'élance, si haut que l'on pourrait croire au miracle ?
  • Cependant M. Pédebidou, sans doute un peu sceptique, ce dont je me rends compte aujourd'hui, explique avec orgueil à quelqu'un :
  • - je l'ai fait inonder de pétrole !
  • Cette phrase reste gravée dans ma cervelle, quoique j'eusse à peine alors cinq ans. Mais, les brandons qu'au retour, sur la grand'route, traînaient les hommes, ont allumé mon coeur. Il brûle encore.
  • Après tout, l'essence de M. Pédebidou était peut-être spirituelle ?
  • Tel est mon premier souvenir d'un feu de la Saint Jean :
  • " Mais la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l'ont pas comprise. "
  • Extrait du recueil : Les nuits qui me chantent ...
  • Editions : Collection " Les nuits " Ernest Flammarion

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.