Fleur Fatale/E. Verhaeren

 

Fleur Fatale

 

  • L'absurdité grandit comme une fleur fatale
  • Dans le terreau des sens, des coeurs et des cerveaux;
  • En vain tonnent, là-bas, les prodiges noveaux;
  • Nous, nous restons croupir dans la raison natale.
  • Je veux marcher vers la folie et ses soleils,
  • Ses blancs soleils de lune au grand midi, bizarres,
  • Et ses échos lointains, mordus de tintamarres
  • Et d'aboiements et pleins de chiens vermeils.
  • Iles en fleurs, sur un lac de neige; nuage
  • Où nichent des oiseaux sous les plumes du vent;
  • Grottes de soir, avec un crapaud d'or devant,
  • Et qui ne bouge et mange un coin du paysage.
  • Becs de hérons, énormément ouverts pour rien,
  • Mouche, dans un rayon, qui s'agite, immobile :
  • L'insconscience douce et le tic-tac débile
  • De la tranquille mort des fous, je l'entends bien !
  • Extrait du recueil : Choix de poèmes
  • Editions : Mercure de France

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.