J'avais longtemps erré par les sombres déserts/I. Habert

 

J'avais longtemps erré par les sombres déserts

  • J'avais longtemps erré par les sombres déserts,
    Triste, morne et pensif, privé de la lumière,
    Mon seul séjour était une noire fondrière,
    Pleine de songes vains, de fantômes divers.

    Mais sitôt que l'Amour, prince de l'Univers,
    Eut chassé l'ombre épais de ma tendre paupière,
    Et qu'il fit sous les lois mon âme prisonnière,
    Soudain j'abandonnai ces rocs de nuit couverts.

    Je sentis à l'instant mon coeur, mon sens, mon âme,
    Pleins de divins pensers, de désirs et de flammes,
    Sitôt qu'il m'eut fait voir mon Soleil donne-jour.

    Ce n'était pas Phébus à la tresse dorée,
    Mais celui que ma dame, en sa face adorée,
    Porte dessus son front, des beautés le séjour.

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×