Jardin Sentimental/E. Nelligan

 

Jardin sentimental

  • Là, nous nous attardions aux nocturnes tombées,
    Cependant qu'alentour un vol de scarabées
    Nous éblouissait d'or sous les lueurs plombées,

    De grands chevaux de pourpre erraient, sanguinolents,
    Par les célestes turfs, et je tenais, tremblants,
    Tes doigts entre mes mains, comme un nid d'oiseaux blancs.

    Or, tous deux, souriant à l'étoile du soir,
    Nous sentions se lever des lumières d'espoir
    En notre âme fermée ainsi qu'un donjon noir.

    Le vieux perron croulant parmi l'effroi des lierres,
    Nous parlait des autans qui chantaient dans les pierres
    De la vieille demeure aux grilles familières.

    Puis l'Angélus, devers les chapelles prochaines,
    Tintait d'une voix grêle, et, sans rompre les chaînes,
    Nous allions dans la Nuit qui priait, sous les chênes.

    Foulant les touffes d'herbe où le cri-cri se perd,
    Invincibles, au loin, dans un grand vaisseau vert,
    Nous rêvions de monter aux astres de Vesper.

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×