Je te dois bien aimer, ô déesse Inconstance/I. Habert

 

Je te dois bien aimer, ô déesse Inconstance

  • Je te dois bien aimer, ô déesse Inconstance,
    Car tu m'as déchargé du faix de mes douleurs,
    Tu as éteint ma flamme et chassé mes malheurs,
    De mes maux plus cuisants me donnant allégeance.

    J'avais cru jusqu'ici, trop facile créance,
    Que la légèreté, l'espoir, et les erreurs,
    Te suivaient pas à pas, ministres des langueurs,
    Qui font que les Amants languissent en souffrance...

    Mais ce qu'on dit de toi n'est rien que fausseté,
    Je te donne à bon droit le nom de déité :
    En ma faveur tu fais que ma dame inconstante

    Cherche un autre parti, et me rends inconstant
    Afin de la quitter, et voir en la quittant
    Comme je vois mourir ma peine violente.

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×