L'aurore est/ F. Jammes

 

  • L'aurore est l'églantine, midi le bouton d'or, et le crépuscule est la violette. Je me suis muni d'une lanterne pour voir s'épanouir la fleur de nuits, l'hypomée de Virginie. Elle est aussi blanche que l'obscurité peut être noire. Elle déploie sa préfloraison tordue (comme du liseron ordinaire) avec la lenteur que mettait une jeune fille rêveuse de jadis pour ouvrir son ombrelle, ce qui est vite pour celle-là.
  • Au milieu des ténèbres apparaissaient, sur le même rideau de feuillage, autant de lunes d'un si délicat tissu que, le vouloir toucher, en eût voilé la lueur.
  • Seuls, les gros sphinx accourent, vibrations blondes. Ils boivent les diamants qui perlent sur ces auréoles presque irréelles : car la fleur de l'hypomée pleure, pleure.
  • Extrait du recueil : Les nuits qui chantent ...
  • Editions : Collection "Les nuits" Ernest Flammarion

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.