Nuit fille de la terre, amène tes flambeaux/I. Habert

 

Nuit fille de la terre, amène tes flambeaux

  • Nuit fille de la terre, amène tes flambeaux,
    Et ton silence coi, et des hauts monts descendre
    Fais tes brouillards nuiteux pour ici les étendre
    Et couvrir l'horizon de tes sombres rideaux,

    Afin que le Sommeil des stygieuses eaux
    Vienne arrouser mon chef, et sur mon corps répandre
    Le jus du noir pavot pour m'aider et défendre
    Contre amour inventeur de martyres nouveaux.

    Les plaies, les liens et les prisons obscures,
    Les peines, les soucis, les flammes, les froidures,
    Ne nuisent aux humains pendant que le sommeil

    Tient leurs corps engourdis dessus la plume oiseuse.
    Répands donques sur nous ton humeur paresseuse,
    Ainsi jamais Phoebus ne nous montre son oeil.

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.