On a fait l'obscurité/F. Jamme

 

  • On a fait l'obscurité dans la salle du petit cinématographe parroissial et voici que, sur l'écran bientôt seul éclairé, je lis :
  • " Plantes hygrométriques. "
  • Et je reconnais ces fleurs de ma jeunesse dont la corolle gonflée a l'air, si légère, d'une tache d'aube dans la nuit : Les anémones des bois.
  • Par un phénomène que j'ignorais, les tiges presque filiformes, arquées déjà par le poids qu'elles soutiennent, selon le degré d'humidité s'abaissent ou se relèvent comme pour saluer.
  • O mystère de la nuit qui m'isole des autres spectateurs ! Je suis tellement ému en reconnaissant mes amies dont je sais le nom vulgaire : Sylvies, que mon coeur inonde de tendresse et mes yeux se couvrent des mêmes pleurs qu'elles ont versés tandis qu'on filmait.
  • Extrait du recueil : Les nuits qui me chantent ...
  • Editions : Collection "Les nuits" Ernest Flammarion

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.