Souvenir/J. Planchard

 

Souvenir

 

  • O proches souvenirs, O douceur des aurores
  • Levées sur cet amour que je ressens encore
  • Vous m'êtes précieux
  • Bien autant que la vie, ardents ou monotones
  • Comme sont les splendeurs  diverses de l'automne
  • S'élevant vers les cieux.
  • Pour moi, c'était mon coeur que je t'offrais en gage
  • Et je te disais : Viens, que tu aies en partage
  • Ainsi que le guerrier
  • Ce butin haut conquis faisant dans ta main brune
  • En palpitant très fort, bien plus de bruit qu'aucune
  • Conque de marinier.
  • Oh ! tu l'avais aimé, ce présent sans réserve
  • C présent si longtemps protégé par Minerve
  • Et tu m'avais donné,
  • Du moins je l'avais cru tant l'offrande était belle,
  • Une vraie plénitude et venant avec elle
  • Ton coeur à moissonner.
  •  
  • Je croyais - mais c'était bien plus qu'un' croyance
  • Oui c'était de la foi, c'étit de l'espérance -
  • Je croyais voir durer
  • Dans la fuite des jours heureux éternelles
  • Tissant leur manteau d'or, volant à tire d'aile
  • Et que je révérais.
  •  
  • Maintenant, c'est sur eux que je veille sans trêve
  • Tous mes beaux souvenirs battus comme des grèves
  • Par la réalité :
  • Douce monotonie des jours coulant danbs l'ombre
  • A écarter tout bas ce qui me rendrait sombre
  • L'ancienne clarté.
  •  
  • Plus tard, vous oubliant, ô mes amours premères
  • Je poserai la main sur des nouvelles pierres
  • Sur le bord du torrent
  • Et, contemplant l'envol de l'eau qui court et gronde
  • Je dirai : Tout est bien, car ainsi va le monde
  • Et je suis dans ses rangs.
  •  
  • Extrait du recueil : "Marées"
  • Poètes du temps présent - La pensée universelle

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.