Nocturne

 

Nocturne

  • À Gabriel Marc.

    La nuit se mêle encore à de vagues pâleurs ;
    L'étoile naît, jetant son reflet qui se brouille
    Dans la mare dormante où croupit la grenouille.
    Les champs, les bois n'ont plus ni formes ni couleurs.

    Leurs calices fermés, s'assoupissent les fleurs.
    Entrevue à travers le brouillard qui la mouille,
    La faucille du ciel fond sa corne et se rouille.
    La brume égraine en bas les perles de ses pleurs.

    Les constellations sont à peine éveillées,
    Et les oiseaux, blottis sous les noires feuillées,
    Goûtent, le bec sous l'aile, un paisible repos.

    Et dans ce grand sommeil de l'être et de la terre,
    Longtemps chante, rêveuse et douce, des crapauds
    Mélancoliquement la flûte solitaire.

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.