Pensées

 

Pensées - Livre VI

  • La substance de l'univers est docile et maniable. L'intelligence qui la gouverne ne peut trouver en soi aucun motif de mal faire, attendu qu'elle n'a aucun vice qui l'y pousse ; elle ne fait rien d'une façon mauvaise ; et rien ne peut éprouver d'elle le moindre dommage, puisque c'est grâce à elle que toute chose se produit ou s'achève.
  •  
  • Regarde le dedans des choses ; et ne te laisse jamais abuser, ni sur leur qualité, ni sur leur mérite.
  •  
  • Toutes les choses de ce monde sont sujettes aux plus rapides changements. Ou elles s'évaporent, si leur substance est uniforme ; ou elles se dissolvent en éléments divers.
  •  
  • L'intelligence qui régit l'univers connaît les conditions où elle opère, les choses qu'elle fait, et la matière sur laquelle elle agit.
  •  
  • Tout s'accomplit conformément aux lois de la nature universelle, et non pas suivant une autre nature qui envelopperait celle-là extérieurement, ou qui serait renfermée au dedans d'elle, ou qui serait suspendue en dehors d'elle.
  •  
  • Il y a des êtres qui tendent à exister ; d'autres tendent à n'exister plus. Même ce qui existe a déjà perdu une partie de son être. Des écoulements et des altérations successives rajeunissent sans cesse le monde, de même que le cours indéfectible du temps présente la durée infinie des siècles sous un aspect toujours nouveau. Sur ce fleuve, où tant d'objets courent en passant devant nos yeux, quel est celui qu'on devrait choisir en se flattant de pouvoir s'y arrêter ? Autant vaut se mettre à aimer un de ces passereaux qui voltigent près de nous, et qui disparaissent déjà quand on les a aperçus à peine. Même pour chacun de nous, l'existence n'est guère autre chose que la vapeur sortie du sang et la respiration puisée dans l'air. Aspirer l'air à un certain moment, puis le rendre un moment après, c'est ce que nous faisons continuellement ; et cette fonction peut nous donner une idée assez exacte de ce que nous ferons un jour en rendant la totalité de cette faculté respiratrice, et en la restituant à la source d'où nous l'avons tirée pour la première fois, il n'y a qu'un instant.
  •  
  • En haut, en bas, en cercle, tels sont les mouvements auxquels les éléments sont soumis ; mais le mouvement de la vertu ne rentre dans aucune de ces classes ; elle a quelque chose de plus divin, et elle accomplit sa noble route, s'avançant par un âpre sentier.
  •  
  • La mort, c'est le repos pour notre sensibilité, qui ne peut plus imprimer en nous les objets du dehors ; pour nos désirs, qui ne peuvent plus épuiser nos nerfs ; pour notre intelligence, qui sort d'esclavage et qui se soustrait à la servitude de la chair.
  •  
  • Je suis composé d'un corps et d'une âme. Pour le corps, toutes choses sont indistinctes et sans différence entre elles, parce que le corps n'a pas le pouvoir de rien discerner. Pour la pensée, il n'y a d'indistinctes que les choses qui ne sont pas ses actes propres ; mais tout ce qui est vraiment un de ses actes particuliers dépend absolument d'elle seule. Et même encore parmi ces actes, ne faut-il compter que ceux qui se rapportent exclusivement au présent ; car les actes futurs et les actes passés, s'ils sont d'elle encore, sont aujourd'hui indistincts pour elle.
  •  
  • Il m'est possible de m'abstenir de tout jugement sur une chose, et de faire qu'elle ne trouble point mon âme ; car les choses ne sont pas par elles-mêmes de nature à pouvoir former nos jugements.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×