Que ne saurais-je oublier

  • Que ne saurais-je oublier mon enfance passée ...
    Douce enfance où je revois ce bonheur insoucient, entouré de ceux qui reste ancrés dans mon coeur et que je n'oublierais jamais, malgré que nous soyons séparés par la vie.
    Dieu les a rappelé à lui mais ils sont là, dans ma mémoire, aussi présent qu'avant.
  • La douceur de mon grand-père, toujours présent pour s'occuper de nous et fier de montrer qu'il nous aimait.
    Grand-père formidable dont la disparition m'a beaucoup boulversé dans mes jeunes années.
    Nos promenades, nos dialogues où il nous racontait son enfance dans son Périgord natal, et dont il était heureux de nous le faire connaître de ses yeux ... Maintenant, c'est moi qui y habite et je suis fière de lui dire que je suis là, chez lui et chez moi.
  • Douce enfance partagée entre la Région Parisienne et la province, plus particulièrement la Charente et le Périgord ... régions que j'aime et où je me sentais bien.
    Que de souvenirs que j'avais oublié et que je me rappelle maintenant, en les racontant à mes enfants.
    Beaux souvenirs de jeux insouciants et d'une enfance où rien ne manquait; pas même l'amour que l'on nous donnait.
  • Ce n'était pas une enfance dorée mais cette enfance m'est très attachée.
    L'amour de mes parents et de mes grands-parents, les jeux avec mes soeurs et mes cousins car nous vivions tous ensemble.
    Quelle belle enfance que voilà ... et maintenant, tout est dans le passé et la nostalgie de ces moments qui remontent à la surface.
  • En y repensant, je souris et quelques larmes arrivent au coin de mes yeux ... des larmes de regrets et des larmes de bonheur ...
    Toutes ces joies, tous ces rires, tous ces jeux me manquent ...
    Notre grande maison à Ravaud d'Aussac en Charente, que mon grand-père, mon père et mon oncle ont construits de leurs mains.
  • Quand je regarde les photos, je me revois courir sur le rebors du mur et grimper dans les pruniers ... nous étions de vrais alpinistes ...
    Nos promenades dans les chemins et dans les champs, nos jeux de cache cache dans les meules de foin, nos genoux écorchés par le gravier et se retrouver à tomber dans les champs d'orties ...
    Mon grand-père nous soignait et riait en nous voyant nous gratter.
  • Nos visites au "moulin"hameau de la Boissière d'Ans et à Cubjac en Dordogne pour voir la famille, où maintenant, il n'y a plus personne ... mais il reste les souvenirs car ces villages n'ont pas changés et sont restés tel qu'ils étaient.
  • Que ne ferais je pour remonter dans ce passé retrouvé ... Que ne ferais je pour revoir ma famille que j'aimais ...
    Etre très attaché à ses racines et aux siens n'est pas rien à côté de tous ces souvenirs qui restent au fond de nous.
    Ne pas oublier son enfance heureuse où le bonheur est fait de tout petit rien emplie d'amour ...
  • Ecrire ces lignes me fait voir des images qui me tiennent à coeur ...
    Aimer sa famille, ses parents est très importants ...
    Je suis mère moi même et c'est souvent que je raconte à mes enfants mon enfance heureuse ... et ils sont fiers de voir qu'ils vivent là où je vivais à leur age.
  • Mes pensées sont miultipliées ... elles sont divisées et elles se laissent écrire sur le papier.
    Ma douce et tendre enfance ... ne saurais je imaginer qu'un jour je l'oublierais et que ca sera mes enfants qui me la raconteront si je suis en état de l'écouter ...
  • Chantal

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×