Aphorimes de Khalil Gibran

 

  • Celui qui peut mettre le doigt sur ce qui sépare le bien du mal est celui-là même qui peut toucher les pans de la toge de Dieu.
  • Fiez-vous à vos rêves, car en eux est cachée la porte de l'éternité.
  • Il faut toujours connaître la vérité, et parfois la dire.

    L'amitié est toujours une douce responsabilité, jamais une opportunité
  • L'amour est le voile entre aimé et amant.
  • L'art est un pas de la nature vers l'Infini.
  • La pensée est un oiseau d'espace qui dans la cage des mots saura peut-être déployer les ailes, mais pas voler.
  • La tristesse n'est rien d'autre qu'un mur qui s'élève entre deux jardins.
  • Le compréhensif m'attribue la compréhension et l'ennuyeux m'attribue l'ennui. Je pense que tous deux ont raison.
     
  • Le désaccord pourrait être le chemin le plus court entre deux opinions.
  • Le désir est la moitié de la vie. L'indifférence est la moitié de la mort.
  • Le génie n'est que le chant du rouge-gorge à l'aube d'un printemps indolent.
  • Le premier baiser, c'est l'union de deux fleurs parfumées afin que de leurs senteurs mêlées, il naisse une troisième âme.
  • Le seul qui ait été injuste envers moi est le frère de celui envers qui j'ai été injuste.
  • Lorsque la main d'un homme effleure la main d'une femme, tous deux touchent à l'éternité.
  • N'est-il pas étrange de nous voir défendre plus farouchement nos erreurs que nos valeurs?
  • Ne dites pas: «J'ai trouvé la vérité», mais plutôt: «J'ai trouvé une vérité».
  • Ne pensez pas que vous pouvez influencer le cours de l'amour; car c'est l'amour, s'il vous en trouve digne, qui influencera le cours de votre vie.
  • Nos larmes les plus sacrées ne recherchent jamais nos yeux.
  • Notre esprit est roche, notre coeur est ruisseau.-N'est-il pas étrange que la plupart d'entre nous choisissent de recueillir l'eau plutôt que de la laisser s'écouler?
  • Nous ne vivons que pour découvrir la beauté. Tout le reste n'est qu'attente.
  • Nul ne peut atteindre l'aube sans passer par le chemin de la nuit.
  • Sagesse n'est pas sagesse lorsqu'elle est trop fière pour pleurer, trop sérieuse pour rire et trop pensive pour parler.
  • Seule une grande peine ou une grande joie peuvent révéler ta vérité.-Si tu désires être révélé, tu dois danser nu au soleil ou porter ta croix.
  • Si ton coeur est un volcan, comment espères-tu que fleurissent tes mains?
  • Si tu chantes la beauté, même dans la solitude du désert, tu trouveras une oreille attentive.
  • Si tu éprouves le désir d'écrire, et nul autre que l'Esprit n'en détient le secret, tu dois maîtriser connaissance, art et magie:-la connaissance des mots et leur mélodie,-l'art d'être sans fard,-et la magie d'aimer ceux qui te liront.
  • Si tu ne comprends pas ton ami en toutes circonstances, jamais tu ne le comprendras.
  • Si tu révèles ton secret au vent, tu ne dois pas lui reprocher de le révéler à l'arbre.
  • Tous nos mots ne sont que miettes qui tombent du festin de notre esprit.
  • Tout ce qui vit est conçu dans la brume et non dans le cristal.. Et qui sait si le cristal n'est pas une brume en déclin?
  • Vos enfants: vous pouvez vous efforcer d'être comme eux, mais ne tentez pas de les faire comme vous.
  • Vous donnez peu lorsque vous donnez de vos biens. C'est lorsque vous donnez de vous-même que vous donnez vraiment

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.