Publius Syrus

 

  • Qui ne vit que pour soi est mort pour les autres
  • Même quand la blessure guérit, la cicatrice demeure
  • L’âme de l’homme obtient tout ce qu’elle s’ordonne
  • Celui qui a pitié se souvient de lui-même
  • Nul ne sait ce qu'il peut faire avant d'avoir essayé
  • La fortune est de verre ; et, lorsqu’elle éblouit, Soudain elle se brise, et c’est comme son dernier bruit
  • C'est le coeur et non le corps qui rend l'union inaltérable
  • L'homme n'est bon qu'à la condition de l'être à l'égard de tous

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.