Mon chant a ...

 

  • Mon chant a dépouillé ses parures. Je n'y mets plus d'orgueil. Les ornements gèneraient notre union ; ils sinterposeraient entre nous, et le bruit de leur froissement viendrait à couvrir tes murmures.
  • Ma vanité de poète meurt de honte à ta vue. O maitre-poète ! je ne suis assis à tes pieds. Que seulement je fasse de ma vie une chose simple et droite, pareille à une flûte de roseau que tu puisses emplir de musique.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.