C'est un jardin ...

 

  • C'est un jardin comme il en est encore dans les contes magiques où des chats métamorphosés rêvent leur délivrance en mâchonnant quelque brin d'herbe ...
  • C'est un jardin fort étroit qui plaît aux poètes et aux lézards verts, aux libellules d'un soir d'été, aux feuilles des arbres morts ...
  • Dans ce jardin se réfugient les souvenirs perdus, les amours légendaires, les chevelures des jeunes filles mortes à vingt ans, et les catogans de tous suppliciés des vies modernes ...
  • Sont dans un bassin de pierre, les larmes de toutes sortes, miroir d'une éternelle sagesse, où la lune vient avec ses soeurs pêcher les amours impossibles ...
  • Près d'un banc de mousse, l'ombrelle oubliée d'une amante de jadis est devenue le château des vieilles araignées qui tissent inlassablement les toiles d'argent brochées d'illusion sur illusion  ...
  • C'est un jardin où les pierres parlent, les oiseaux écrivent leur chanson dans de longs soupirs, tandis que les seigneurs d'antan rêvent leur délivrance en mâchonnant quelques brins d'herbes, au parfum de leurs belles au toits dormants ...
  • Les belles des toits ne savent pas la puissance des philtres ni la vérité ! La vérité qui seule un jour de fantaisie, par la main d'une fée ou d'un orage, rendra leur coprs aux âmes enchantées ...
  • Il n'y aura plus alors que des poètes et des lézards verts, dans le bassin de pierre des larmes de toutes sortes, les fils d'argent d'un château de soie, et seules les vieilles araignées sauront la mélancolie des hommes aux yeux de chats errants de par le monde à la recherche du souvenir ...
  • C'est un jardin comme il en est encore dans les contes magiques, un jardin pas comme les autres ...
  • Extrait du recueil : "Aux jardins d'amour"
  • Editions de la revue moderne

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.